Osez briser les injonctions !

Dernière mise à jour : 29 oct.

Une injonction est un ordre, un commandement. Ces injonctions sont parentales et a fortiori sociétales. Elles vous enferment dans une approche du monde complètement biaisé. Elles sont cinq et nous les avons tous entendus lorsque nous étions enfant. Mais les enfants sont devenus adultes et vous voilà cadenassés dans vos comportements selon l’intensité avec laquelle ces injonctions vous ont été transmises.

Vous pouvez repérer lesquelles vous pilote à votre insu. Généralement, deux sont plus dominant que les autres. Cette simple prise de conscience éveillera en vous, les possibilités de commencer un travail de libération.

« Sois parfait » fabrique des perfectionnistes passés maîtres dans l’art de s’imposer des objectifs irréalistes et capables de s’adapter à ce que les autres attendent sans jamais y rechigner. Ils sont exigeants et dans l’hypercontrôle quotidien, gouvernés par la sensation permanente « je dois mieux faire encore ». Ils ne sont même pas satisfaits eux-mêmes par tous les efforts qu’ils ont fournis. Enfants, ils ont entendu (et adultes, ils l’entendent toujours) : peut mieux faire, j’attendais plus de vous, vous êtes capable de bien plus, tu feras mieux la prochaine fois, ce qui compte, c’est d’être le premier…

Ils ont manqué de feed-back positifs et recherchent toujours cette reconnaissance dans la peur du jugement de l’autre. Certains s’épuisent jusqu'au burn-out sans se rendre compte qu’ils ont leur part de responsabilité dans cet épuisement. D’autres procrastinent et redoutent l’échec par-dessus tout. Dans une relation d’emprise, le « sois parfait » en fait toujours plus, mais ce n’est jamais assez. Le manipulateur repère vite cette faille chez lui et en profite.

Voyons ce que ce driver vous a apporté de positif : vous êtes un rigoureux, volontaire et opiniâtre. Votre engagement suscite l’admiration de tous et votre implication dans tout projet aussi. Pour guérir, donnez-vous le droit de faire des erreurs qui ne sont que des apprentissages et surtout le droit d’être vous-même.

« Sois fort » a généré des fonceurs qui ne demandent pas d’aide et affrontent tout la tête bien haute et sans flancher, ou rarement. On a ancré en eux des petites phrases du type : il faut savoir se débrouiller seul, la vie est un combat, arrêtez de vous plaindre, ne montre pas tes faiblesses, il n’y a vraiment aucune raison d’avoir peur, tu es trop sensible, moi à ton âge..., il y a plus malheureux que toi…

Ils ont une résistance au stress impressionnante et s’adaptent à toutes les situations. Même s’ils passent pour des intolérants et des exigeants vis-à-vis des autres qu’ils considèrent comme « fragiles ». Ces derniers les agacent au plus haut point, car les autres s’autorisent ce qu’eux-mêmes s’interdisent inconsciemment. C’est l’effet miroir.

Certains se coupent de leurs émotions et semblent psychorigides. Travailler en équipe peut être difficile, voire conflictuel pour ces compétiteurs. Cette injonction est piégeante dans les relations toxiques car les victimes (du triangle Victime-bourreau-sauveur) refusent de se plaindre malgré tout ce qu’elles subissent. Ces victimes ne sont pas des « faibles », bien au contraire : c’est leur persévérance qui les fait souvent rester dans une relation toxique qu’elles tentent à tout prix d’apaiser.

Si vous vous reconnaissez parmi ces battants, vous avez des qualités d’ambition et de leadership. Prenez donc conscience de vos forces et de vos faiblesses et ne les cachez plus : vous avez le droit d’être ce que vous êtes et de demander de l’aide lorsque vous en avez besoin.

« Fais un effort » conditionne des adultes qui aiment ce qui est complexe et difficile. Ils sont conditionnés par les ne te contente pas de ce que tu as, bats-toi pour obtenir plus, donne-toi à fond, on n’obtient rien sans efforts, on n’a rien sans rien, tu ne travailles pas assez, tu n’y as pas passé suffisamment de temps, on gagne son pain à la sueur de son front.... D’ailleurs obtenir quelque chose facilement ne leur donne aucune satisfaction. Pire, ils s’en dévalorisent (c’était trop facile) avec ce besoin irrépressible de complexifier chaque tâche et chaque relation. Il leur est très difficile de profiter de plaisirs simples. Pour eux, les autres sont souvent paresseux (comportement qu’ils exècrent), car ils déploient une grande énergie dans tout projet, exigeant d’être suivi coûte que coûte. Atteindre un objectif dans le timing s’avère parfois impossible et tout travail doit être éreintant sinon rien. Dans une relation toxique, ils s’essoufflent à tout faire pour que cela fonctionne et en cas d’échec vous les entendrez dire : « tout est de ma faute, je dois faire des efforts ».

Si cette injonction prédomine chez vous, votre capacité au travail est admirable. Vous disposez aussi de ces indispensables qualités de réflexion et de persévérance que vous pouvez désormais mettre à votre service, tout comme le don de soi. Car la quantité ne signifie pas la qualité et les efforts diminuent heureusement avec l’expérience. Faites simplement ce dont vous avez envie et prenez-y du plaisir !

« Fais plaisir » laisse croire qu’il faudrait s’oublier et faire des autres sa priorité. C’est grâce aux ne sois pas égoïste, sois gentil, pense aux autres, sois sage, je n’ai pas envie que tu fasses ça, fais-moi plaisir, tu me fais de la peine… qu’ils se sacrifient en n’osant jamais dire « non » pour ne pas déplaire. Ils ont tendance à aider quiconque sans qu’on leur ait seulement demandé quelque chose. Certains deviennent envahissants. Ils sont des proies de choix dans tout schéma d’emprise parce que leur regard sur eux-mêmes dépend de celui des autres. Leur estime de soi est faible et ils culpabilisent dès qu’ils pensent avoir déçu quelqu'un.

Si vous êtes de ceux-là, vous voilà dans la cour des altruistes avec une grande capacité d’écoute et donc empathiques. Alors, exprimez vos émotions et ce que vous ressentez, vous avez le droit. Faites confiance à votre intuition et écoutez-vous. Ce n’est pas égoïste de prendre soin de soi et de se faire plaisir !

« Dépêche-toi » exprime que prendre son temps est une perte de temps et que si le monde accélère, il faut suivre sa vitesse sous peine d’être largué. Avez-vous entendu des t’es trop lent, à ce rythme-là, tu n’y arriveras jamais, tu traînes, on est encore en retard à cause de toi, quand est-ce que tu vas t’y mettre ? Les personnes concernées veulent entrainer les autres à leur cadence et s’agacent de ceux qu’ils jugent « lents ». Ils vont très vite mais manquent d’empathie et sont stressés, voire de mauvaise humeur.

Pourtant, si vous êtes dans ce cas, vous savez respecter des délais, disposez d’un dynamisme étonnant, d’une capacité à agir à l’instant et d’une réactivité à toute épreuve. Un seul mot d’ordre : prenez votre temps !

Identifiez les injonctions qui vous gouvernent est essentiel car elles ont été positives en un sens, car derrière toute épreuve, il y a une leçon de vie. Et pour chaque injonction, vous avez pu découvrir leurs côtés positifs.

Aujourd’hui vous fonctionnez la plupart du temps, en pilotage automatique et vous n’avez probablement pas conscience des implications qu’il en découlerais aussi bien dans le domaine professionnel, amical, sentimental….si elle était déprogrammé.

En brisant vos injonctions, vous vous autoriserez à fonctionner différemment.


Je vous propose un exercice qui vous permettra de commencer à travailler sur ces programmes.

Après avoir choisi l’injonction sur laquelle vous souhaitez travailler, amusez-vous à débusquer la croyance qui se cache derrière en vous demandant :

"qu'est-ce qui se passerait si j’arrêtais de me dépêcher ?" (Dépêche-toi)

Excellent pour travailler sur cette injonction : le Qi Gong, le Taichi

"qu'est-ce qui se passerait si je m’accordais le droit à l’erreur ?" (sois parfait)

Excellent pour travailler sur cette injonction : S'autoriser que 3 relectures.

"qu'est-ce qui se passerait si je passais plus de temps à m'occuper de moi ? (Fais-plaisir)

Excellent pour travailler sur cette injonction : s'inscrire à un loisir

"qu'est-ce qui se passerait si j'osais demander de l'aide, ou si je partageais mes peurs, mes doutes, mes fragilités ? (Sois Fort)

Excellent pour travailler sur cette injonction : s'accorder des moments de pause

"qu'est-ce qui se passerait si les choses étaient faciles ? (Fait des effort)

Excellent pour travailler sur cette injonction : Faire des activités qui sont faciles pour vous et qui vous procure du plaisir. etc.

Grandir, c’est oser fonctionner selon ses propres valeurs et besoins pour s’épanouir et s’accomplir selon ses souhaits.

Maintenant à vous de jouer !